Malgré la crise…

Gros gros coup de gueule contre les journalistes qui surfent sur LA CRISE, comme le dernier truc à la mode.

Les journalistes suisses romands lambda, et spécialement ceux de la TSR et de la RSR ont trouvé une nouvelle marotte : tout, dans l’actualité, est passé au filtre de LA CRISE. Cette même crise qu’eux-mêmes ont largement contribué à propager à grand renfort d’annonces alarmistes, créant un climat de peur dans les masses populaires, et donc par effet de cascade sur la consommation, et donc sur les entreprises, et donc sur l’emploi et on repart pour un tour.

Cela doit être vachement bandant pour un journaliste d’en être, d’avoir participé à une dépression qu’on veut forcément plus ravageuse que celle du début des années 30. En plus, ça va faire des souvenirs à raconter à ses petits enfants (« Tu sais, gamin, on y était, nous, en 2008 »).

Bande de gros nuls. Savez-vous que vous avez un rôle à jouer à être réellement objectif et non subjectif, à participer au rétablissement de la confiance que vous avez fait perdre aux masses populaires en mettant en exergue les faits POSITIFS et en n’exagérant pas la moindre information. MALGRE LA CRISE.

Vivement une bonne guerre, un super-tsunami, le Big One ou le retour de la grippe aviaire, qu’on parle d’autre chose. Non mais.

Il y aurait encore beaucoup à dire, mais le temps manque, il faut se préparer à la crise.

Saviez-vous que, malgré la crise…
… Noël aura lieu le 25 décembre cette année.
… le chômage va baisser dans le canton de Genève (authentique : entendu sur RSR la 1ère le 16.12.2008 au journal de nuit 22h30).
… quelques giboulées de neige tomberont sur la suisse romande aujourd’hui.
… il y aura des soirs où l’actualité sera monotone et où il faudra bien dire quelque chose.
… les baby-boomers arriveront à la retraite ces prochaines années.

Blocher vous a fait rire ? attendez Maurer

M. Maurer au Conseil fédéral, c’est sans doute le retour à une sombre période pour la politique gouvernementale suisse… fuite dans la presse et tutti quanti ? A suivre.

Peut-être une analogie à faire avec des T-shirt qu’on voyait il y a quelques années : « Blocher vous a fait rire ? attendez Maurer » (Tchernobyl vous a fait rire ? attendez Crey-Malville)

fffffflllloooop

Lu ce matin… « Cinq UDC, sans Yvan Perrin, Le conseiller national Yvan Perrin n’est pas candidat au Conseil d’Etat neuchâtelois. »

5, c’était pas le nombre de petits moutons blancs, avec un mouton noir, sur une affiche que j’ai vu l’an dernier ?

… évidemment, dès qu’il faut prendre le risque d’avoir de réelles responsabilités ou le courage de prendre une veste…