Editorial de M. Rubin dans H.com à propos de la localisation du centre mère-enfant et commentaire général à sur le sujet

Paru dans le bulletin interne no 16 / Janvier 2008 de l’Hôpital neuchâtelois :

« La loi sur l’EHM fixe le cadre clairement : la prérogative de répartition des missions entre nos sites ne nous appartient pas. Le législateur a sans doute voulu, en mettant ces options dans les mains du Conseil d’Etat, garantir une certaine équité de traitement entre les citoyens du canton.

C’était imaginer que les décisions prises par notre gouvernement sont indépendantes les unes des autres et répondent uniquement au bon sens des arguments fournis.

Le lien entre le regroupement des activités de la HE-ARC à Neuchâtel – car inacceptable dans le Haut pour les cantons partenaires – et la localisation du centre « mère-enfant » à La Chaux-de-Fonds est évident.

Nous avons donc travaillé plusieurs mois, argumenté de manière objective, expliqué, convaincu, pour échouer au final pour des raisons purement politiques et de pseudo équilibre régional.

Nous sommes déçus, d’autant plus que nous avons démontré et que nous sommes convaincus que la variante que nous défendions est plus favorable et plus pérenne pour le site de La Chaux-de-Fonds, tout en étant plus favorable globalement en termes d’accessibilité, de valorisation des ressources existantes et moins complexe à mettre en œuvre. Elle rencontrait par ailleurs une large adhésion de nos professionnels et présentait des avantages comparatifs importants en termes d’attractivité médicale.

Le conseil des hôpitaux lui-même nous suivait sans opposition.

Nous sommes passés tout près du projet qu’il fallait à notre canton mais maintenant il s’agit de regarder devant et de mettre en œuvre e choix du Conseil d’Etat. »

Après avoir lu les différents rapports en main des 5 Sages (sic) et désormais disponibles par ailleurs sur Internet, on prend conscience de l’ampleur de l’incroyable décision de ce collège qui se ridiculise aux yeux des spécialistes. Une décision qui présentent une majorité de désavantages par rapport à l’autre variante proposée : abandon de locaux presque neufs du site de Pourtalès, multiplication d’investissements déjà consentis à Pourtalès, niveau d’accessibilité plus difficile pour une partie plus grande de la population, plus grande difficulté de mise en œuvre avec des déménagements successif peu rationnels, etc. etc.

Plus grave, le Conseil d’Etat a mélangé des dossiers qui n’ont rien à voir entre eux, s’est justifié un peu justement et a fini par perdre son âme et le restant de crédit qu’il lui restait. Honte à eux.

De toute évidence, ces personnes ne méritent pas la confiance qu’on a placée en eux et souligne une incompétence notoire pour certains d’entre eux.

Voici un superbe exemple de gaspillage de deniers.

Quand, en plus et à l’écoute de l’émission Forums ce soir sur la RSR 1 (25 janvier 2008), on pouvait encore entendre notre grand argentier Jean Studer se plaindre de la situation financière cantonale difficile et combattre ainsi une prochaine votation qui diminuera les rentrées fiscales, on mesure toute la schizophrénie qui frappe ce canton.

Pauvre de nous.

Mesures de circulation dans le quartier du Crêt-Taconnet/Gare, à Neuchâtel. Anne ma soeur Anne…

Depuis le 1er janvier de cette année, un arrêté municipal teste pour une année des mesures correctives de la circulation pour modérer le trafic.

En ce 22 janvier, rien n’est pour l’instant concluant. Mais il est vrai que rien n’a encore été mis en place. Joli début d’expérience pilote…

L’héliport de Pourtalès de nouveau en panne de longue durée

Et hop, j’apprends ce jour que l’héliport de l’hôpital de Pourtalès à Neuchâtel est à nouveau en panne depuis le 12 décembre.

Finalement, cet hôpital (neuf) qui va être sous-utilisé à partir de 2015, on ne pourrait pas tout simplement le raser ? Qu’on voit le lac ?

Ah non, c’est vrai, j’oubliais, juste derrière, il y a un stade de foot avec des pylônes hors-la-loi mais propriété de la ville de Neuchâtel…

Opération sauvetage pour les cervelas

Vous avez sans doute entendu parler de la chronique d’une mort presque annoncée des cervelas pour cause de manque de boyau de gnous argentins (ou un truc pas loin dans le genre, mais en provenance d’Amérique du sud, pour sûr).

Nous sommes d’avis qu’il faut mettre en place sans délai une filière de recyclage des peaux de cervelas, de manière à pouvoir les réutiliser indéfiniment. A cet effet, l’industrie suisse devrait pouvoir commercialiser dans les plus brefs délais un couteau-peleur spécial made in China.

Mais à quoi servent donc les experts aux yeux des politiques

Des experts penchent pendant des mois sur la meilleures solutions techniques à une problématique (la localisation d’une unité mères-enfants dans le canton de Neuchâtel).

Le gouvernement politique choisit la voie inverse aux conclusions des experts.

Question : pourquoi dès lors faire appel à des experts ? S’en passer serait déjà un premier moyen de faire des économies.

NB. Politicien est vraiment un métier à la con.